Consommer responsable : une utopie ?

Hello la compagnie,

Un petit post qui ne parle pas couture, mais qui aborde un sujet qui me tient à coeur : l’achat responsable de vêtements et la prise en considération des pratiques environnementales et sociales qui se cachent derrière l’étiquette…

Une des raisons qui m’a fait commencer la couture puis le tricot il y a bientôt 4 ans, c’était tout d’abord la volonté de créer des vêtements pour ma poupette qui soient jolis, originaux et pas chers. Les fabriquer soi-même, c’est valorisant, faire quelque chose de ses mains, quelque chose de concret, c’est important quand on n’utilise guère que ses neurones dans le boulot.

Il y a aussi, petit à petit, la satisfaction de s’extraire d’un système que les journalistes appellent aujourd’hui « fast fashion »,  dans lequel on pousse le consommateur à toujours acheter plus de vêtements, à des prix toujours plus bas. Un T-shirt acheté 5 euros dans une grande enseigne, c’est tentant… mais si on y regarde de près, on s’aperçoit rapidement que la qualité est souvent désastreuse et les conditions dans lesquelles la pièce a été fabriquée le sont tout autant. L’accident survenu au Bangladesh l’année dernière a déclenché la polémique : 1135 morts dans une usine qui produisait des vêtements pour les marques occidentales (je ne vais pas louper l’émission ce soir sur france 5)… et depuis les habitudes ont repris, non ? Le boycott n’est pas la solution, mais pour l’instant, j’ai du mal à en voir une autre : acheter moins, acheter responsable… et fabriquer soi-même. Une goutte dans un océan ? Une lubie de bobo écolo ? Je dirais plutôt une prise de conscience… et pas besoin d’être riche : acheter une belle pièce produite dans de bonnes conditions avec des fibres naturelles, si possible bio plutôt que d’en acheter 10 à bas prix qui ne feront pas la saison…

Les damnées du low-cost

D’ailleurs, je suis bien contente quand ma poupette me demande « et ça, maman, qui est-ce qui l’a fait ? » en me parlant d’un vêtement ou d’une paire de chaussures : faire prendre comprendre aux enfants que les choses ne tombent pas du ciel, qu’il y a des dames et des messieurs qui travaillent pour les fabriquer, c’est quelque chose de très simple et très utile. Et pas besoin de dramatiser… et on pourrait étendre le raisonnement aux ados et aux adultes, tout le monde est concerné. Qu’en pensez-vous ?

Alors, j’avoue, je n’ai pas encore franchi le pas pour l’achat de mes fournitures : mes tissus proviennent du marché, je ne sais pas dans quelles conditions ils ont été fabriqués. Je les lave toujours avant usage, bien sûr ; mais si j’étais logique, je n’achèterais que des tissus labellisés bio. Et pour la laine, j’essaie de connaître son origine : mais c’est vrai que les coloris des laines bio ou locales sont souvent moins alléchants que ceux des grandes marques… Là aussi, peut-être acheter moins, mais mieux ? Pas facile de trouver un équilibre…

 

Publicités

2 réflexions sur “Consommer responsable : une utopie ?

  1. Je te suis complètement dans ton raisonnement! Et je suis contente de transmettre ces valeurs à ma puce aussi! Je suis fière de voir qu’elle a plein d’imagination et qu’elle aime bidouiller des trucs (à son niveau hein!) avec rien (papiers,tissus, ciseaux, colle…) et qu’elle n’est pas sans cesse en train de me réclamer un truc à acheter ! J’aime aussi quand elle me demande si je peux lui coudre une nouvelle robe et qu’on va choisir ensemble le tissu sur mes étagères.
    Comme toi, je me suis mise sérieusement à la couture il y a 4 ans, par économie et par recherche d’originalité, et comme toi aussi, en ce moment, je me dis qu’il faudrait que j’achète moins mais de meilleur qualité… C’est déjà un bon début, d’y réfléchir…

  2. Je suis tout à fait d’accord avec toi mais je trouve qu’il est important de dire que mettre des sommes folles dans des vêtements ne change rien! 200€ pour un pantalon de grande marque (sois disant, mon voisin me demande régulièrement de rapiécer ses pantalons Gsta* pour ne citer qu’eux..).
    Ceci étant dit, je trouve que le fait de coudre et que nos enfants nous voient faire (et pour ma part, le grand (2 ans), veut faire avec moi), ça leur met bien dans la tête que tout ne tombe pas du ciel comme tu dis! 🙂
    D’ailleurs, quand je m’habille le matin, mon fils me dit toujours « beau » quand je mets du home made et « pas beau » quand je mets mes vêtements du commerce. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s